Prématurité et difficultés parentales.


« Aimer les autres et prendre soin d'eux, c'est agir avec humanité. Les comprendre, c'est agir avec vertu. » - Confucius.

 

L’arrivée d’un enfant, on ne va pas se mentir est un bouleversement, un changement important dans la vie d’un couple. Mais au-delà des nombreuses adaptations qu’ils devront être amener à faire au sein de leur couple, un des principaux défis qui les attend est la mise en place d’un lien avec leur enfant. Communément appelé « lien d’attachement », que signifie t-il exactement ? Qu’est-ce qu’il implique ? Que se passe t-il en cas de naissance prématurée ?

 

Petit rappel sur l’attachement

 

Le terme « attachement » concerne uniquement le bébé puis l’enfant. C’est un programme biologique qui va de l’enfant vers l’adulte.

 

En effet le bébé est un être vulnérable et immature, il a donc besoin de l’adulte pour répondre à ses besoins. C’est une question de survie. De ce fait, « il est biologiquement programmé pour rechercher la proximité d’un ou plusieurs adultes près de lui lorsqu’il est en situation d’alarme ou de détresse ».

Dès qu’il y a une détresse intérieur (faim, douleur,…) ou extérieur (lié à l’environnement), le système d’alarme du bébé s’active, ce qui déclenche chez lui une série de comportements programmés (pleurs, cris, gémissements … puis plus tard regard, sourire, agrippement ...) dont le seul objectif interne est de favoriser la proximité de l’adulte pour retrouver un sentiment de sécurité . Cette proximité déclenche un apaisement, un réconfort plus ou moins immédiat selon la gravité de la détresse et le contexte. Le système d’alarme peut alors se désactiver.

S’attacher équivaut donc pour le bébé à « j’attends la protection de l’adulte ». C’est pour lui un besoin vital.

 

« C’est dans la relation individuelle personnalisée avec l’adulte que l’enfant trouve à la fois sens à vivre et sécurité d’exister » ( MANNI.G)

 

Ce système d’attachement se met en place progressivement durant les 9 premiers mois qui suivent la naissance. Si dans les 3 premiers mois, les comportements du bébé sont dirigés sans discrimination. Entre 3 et 9 mois ceux ci vont être dirigés vers une ou plusieurs figures bien individualisés encore appelées « figures d’attachement » (qui correspond aux personnes qui s’occupent le plus de lui). « Chacune de ces figures est spécifique, irremplaçable et non interchangeable ».

 

Si l’enfant a reçu, face à ses situations de stress, une réponse adaptée, rapide et adéquate de la part de l’adulte. Il se trouve alors dans un attachement « secure » qui lui permet d’aller explorer le monde avec confiance, tout en sachant qu’il peut recourir à cet « havre de sécurité » si il en éprouve le besoin.

Si au contraire la réponse de l’adulte est inadaptée ou incohérente, alors l’enfant va mettre en place des stratégies particulières d’adaptation de type évitant, anxieux ou désorganisé. Il va être dans un attachement « insecure ».

 

Il convient de préciser ici que l’attachement n’a rien à voir avec l’amour.

 

Ce système d’attachement est actif tout au long de notre vie. Les réponses que le bébé a reçu, va constituer sa grille de lecture du monde et de ses relations aux autres, conditionnant ainsi ses comportements futurs avec les autres et avec les événements.

 

mains bébé attachement

 

En miroir de ce système d’attachement, il existe un système motivationnel chez l’adulte appelé le « caregyving ».

 

Qu’est-ce que le caregiving ?

 

On pourrait le traduire par "prendre soin"

Ce système s’active chez l’individu lorsqu’il perçoit la vulnérabilité d’autrui et plus principalement de l’enfant. C’est donc ici un mouvement qui va de l’adulte vers l’enfant.

Donner du « caregiving » c’est un peu comme si on se disait « je sais que je dois protéger mon bébé » c’est répondre aux besoins d’attachement et d’exploration de l’enfant, à ses besoins tant physique que affectif en lui disant « tu n’est pas seul » « Je comprends ce que tu ressens même si je ne le ressens pas à ce moment-là » « Je vais t’aider à trouver une solution »

 

« Si ce caregiving s’exprime déjà sous des formes immatures dans la petite enfance, il se transforme surtout à l’adolescence et durant la période de transition vers la parentalité. » (Dugravier.R)

Pour les parents, il se met en place dans les premières heures, premières semaines qui suivent la naissance.

 

Les sentiments « chaleureux et proches », les pensées et comportements du parent envers le bébé (encore appelé « bonding parental ») qui doivent s’installer rapidement après la naissance et qui ont une base biologique forte, facilitent le déclenchement de ce « caregiving ».

 

Mais ce qui est important de savoir, c’est que ce « caregiving » est sous la dépendance de plusieurs facteurs :

- Représentations parentales : son propre système d’attachement, culture, vécu de la grossesse ...

- Biologiques : ocytocine, vasopressine, régulation du stress …

- Contexte : contact et proximité, état psychologique, stress environnemental, caractéristiques du bébé

 

Bébé réconfort

Que se passe-t-il en cas de prématurité ?

 

Du point de vue de l’enfant, le caregiving des premiers jours n’est pas à prodiguer par un adulte spécifique, puisqu’on a vu que son système d’attachement se mettait en place sur les 9 premiers mois et qu’au début il se faisait sans discrimination . C’est pourquoi, son système d’attachement ne sera pas mis en danger par la séparation si il trouve autour de lui des adultes sachant répondre à son besoin de sécurité et de bien être.

« Cependant le bébé est équipé sensoriellement pour être capable de discriminer et s’orienter vers des stimulations familières comme la voix de la mère, l’odeur, le goût du colostrum qui a des similitudes avec le goût du liquide amniotique. Les premières heures, jours ou semaines sont probablement des facilitateurs pour la mise en place de l’attachement du bébé à sa mère. » (W. Lahouel-Zaier)

 

Par contre une naissance prématurée, la vulnérabilité du nouveau-né, la séparation va entraîner un stress et une détresse chez les parents qui risque de mettre à mal l’émergence de leur système de caregiving et aussi de mobiliser leur propre système d’attachement :

 

- Le manque de contacts physiques parent-bébé immédiats et soutenus après la naissance, le manque de sentiments chaleureux d’accueil, le ressenti de ne pas être compétent pour protéger son enfant mais également un taux d’ocytocine diminué (qui a été remarqué dans ce contexte) portent atteinte au « bonding » et de ce fait à la mise en place d’un système de « caregiving » sécurisant.

 

- Le stress associé à l’hospitalisation (contexte hospitalier, incertitude concernant la survie de leur enfant, ...) va activer leur propre système d’attachement. Or le système de caregiving ne peut s’exprimer chez les parents qu’à la condition que leur propre système d’attachement soit inactivé et qu’ils se sentent eux-même en sécurité, les deux systèmes ne pouvant pas cohabitér.

Si leur attachement est sécure, ils pourront alors facilement éteindre leur système d’attachement et allumer leur système de caregiving.

Au contraire si leur propre attachement est insécure, les parents vont montrer une « sensibilité parentale » moins efficiente et surtout vont se retrouver dans un « dilemme motivationnel » :

- Soit ils vont s’occuper d’eux mêmes et vont donc réagir par le retrait ou la fuite

- Soit ils vont s’occuper de leur enfant au risque de se mettre en danger émotionnellement.

 

Comment aider les parents en tant que soignant ?

 

Prendre en compte cet état de fait, permet déjà d’avoir une autre vision de ce qui se joue pour les parents, afin de mieux les accompagner dans cette épreuve.

 

- Notre rôle est de favoriser au maximum la proximité physique et émotionnelle : la pratique de peau à peau, l’allaitement maternel, les soins kangourou, la participation des parents aux soins sont autant d’interventions qui vont permettre non seulement d’augmenter la sécrétion d’ocytocine (favorisant ainsi le bonding) mais aussi de renforcer le sentiment de compétence du parent.

- Mais il faut aussi et surtout réduire les facteurs de stress périnatal en créant un environnement chaleureux et convivial autour de chaque parent, mais bien plus encore en fournissant une attention, une considération, une empathie, et une bienveillance envers eux. Si nous voulons que leur système de caregiving se mette en place, nous nous devons de les comprendre sans juger et de repérer leur besoin de sécurité. C’est en apportant soutien et réconfort, et en acceptant de jouer le rôle de « base de sécurité » que le soignant permettra au parent d’éteindre son système d’attachement, si celui-ci est insecure.

 

Cette compréhension du dilemme qui peut affecter les parents, doit faire partie intégrante de nos réflexions de soignants ou de tout accompagnant à la parentalité. Elle n’est pas réservée à la prématurité mais s’applique aussi à chaque fois que les parents vivent un stress ou drame qui peut mobiliser leur système d’attachement.

 

Si nous voulons apporter protection et sécurité aux touts petits, commençons par l’apporter à chacun de leur parents.

 

"Il n'y a guère au monde un plus bel excès que celui de la reconnaissance." (Jean de La Bruyère)

Mère Bébé Enfant Peau à peau

Lire les commentaires (0)

Articles similaires


Soyez le premier à réagir

Ne sera pas publié

Envoyé !

Derniers articles

« Je crois ... »

18 Jan 2024

Deux mots qui régissent notre vie ...
 
Petits et grands, nous avons tous des croyances … que ce soit sur la vie, sur les femmes, sur les hommes, sur l’amour...

Prématurité et difficultés parentales.

02 Déc 2023

« Aimer les autres et prendre soin d'eux, c'est agir avec humanité. Les comprendre, c'est agir avec vertu. » - Confucius.
 
L’arrivée d’un enfant, on ne va...

Se construire ensemble ...

09 Oct 2023

 
Je sais l’amour que tu ressens
Indescriptible sensation à chaque battement
Mais je sais aussi la détresse qui te pénètre
Insidieuse Envahissante sans appar...

Catégories

Réalisation & référencement Simplébo   |   Site partenaire de Annuaire Thérapeutes

Connexion

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'installation et l'utilisation de cookies sur votre poste, notamment à des fins d'analyse d'audience, dans le respect de notre politique de protection de votre vie privée.